dimanche, mai 07, 2006

Lancement d'Alternative libérale dans le 15e arrondissement


Appel aux libéraux du 15e arrondissement
par Edouard Fillias
président d'Alternative libérale,
candidat dans la 12e circonscription de Paris (15e nord)
et Michel Leter
candidat dans la 13e circonscription de Paris (15e sud)
Qu'on se le dise !
La première réunion des comités de circonscription
Alternative libérale du 15e arrondissement
aura lieu
le samedi 20 mai à 15 heures
à l'hôtel Ibis, 2 rue de Cambronne (métro Cambronne)
Vous en avez assez d'être spectateurs dans le 15e et de vous borner à compter les points de entre les sociaux-conservateurs de droite et de gauche.
Depuis des années vous devez subir les discours lénifiants de votre maire René Galy-Dejean et d'un ancien Premier ministre, Edouard Balladur, qui prétend incarner la réforme alors qu'il symbolise ce que fut l'Etat RPR et qui est aujourd'hui l'Etat UMP.
Vous souhaitez entrer dans l'arène pour enfin courir sous vos couleurs et offrir une véritable alternative tant à la France qu'aux habitants du 15e.
Les présidentielles, les législatives et les municipales approchent à grands pas.
Paradoxalement, le désintérêt des Français pour les solutions politiques montrent qu'il sont prêts à nous entendre.
Nos compatriotes savent, par expérience, que la classe politique issue du mitterrandisme (Jospin, Royal, etc.) et celle qui a grandi à l'ombre du chiraquisme (Balladur, Sarkozy, etc.) ne peut transformer le pays.
Notre tâche est à la fois limpide et titanesque. Il nous faut non pas proposer plus de réformes constructivistes (comme le suggère M. Balladur dans son dernier livre) qui susciteraient, une fois de plus l'ire de la rue, mais militer pour rendre à l'individu sa souveraineté.
Notre programme tient en une formule (celle d'un antiprogramme !)
Laisser l'initiative aux français en leur restituant leurs libertés perdues.
Libertés individuelles, celle d'agir et d'entreprendre (droit de au lieu des droits à), liberté du travail, conquête oubliée de la grande révolution de 1789, liberté d'employer la propriété et le capital qui sont le fruit de notre travail...
Libertés sociales : liberté de choisir à la fois son propre régime de protection sociale et de choisir son mode de solidarité avec les plus démunis, liberté de fonder et de choisir écoles et universités, suppression des entraves administratives au libre développement des associations, des fondations et des syndicats qui permettra de rendre l'initiative à la société civile si bien représentée et si vigoureuse dans notre arrondissement.
Alternative libérale lancée le 1er mars a déjà enregistré 2000 adhésionset compte déjà 85 comités locaux. Avec vous, Paris peut, doit être la nef amirale de cette nouvelle révolution libérale.
Notre avenir est ici. Nous refusons que nos enfants n'aient le choix qu'entre le marasme et l'exil.
Vous partagez notre indignation devant le spectacle de toutes ces vies brisées par l'omnipotence de l'Etat ?
le 20 mai à 15 heures à l'hôtel Ibis Cambronne
pour préparer avec vous "l'assaut" de la mairie du 15e !

1 Comments:

Blogger Alice said...

Je partage l'analyse et la nécessité de rendre de la liberté aux Français. Je pense donc que si les objectifs sont louables (avec probablement des choses à débattre sur le fond), il demeure une analyse fondamentale à faire celle de l'état de l'opinion et des mentalités. Je crois profondément que ce pays n'est pas prêt à entendre ce discours.

L'intervention récente de Dider Salavert sur France-Inter était terriblement décevante (et à mon sens négative), et ce n'est pas avec la minceur de tels propos que cette voix sera entendue.

Il me semble qu'il faut commencer à la fois par un diagnostic précis de l'état du pays (il existe sûrement, encore faut-il qu'il soit présenté de façon objective, simple et claire), mais surtout de l'état de l'opinion, non pas en s'appuyant sur les sondages publiés, mais sur quelques études qualititatives bien faites sur des cibles précises et travailler un véritable "marketing", au sens originel du terme.

Attention, je ne dis pas que la forme doit primer. Je pense que nous sommes dans un des dernier pays où la notion de "lutte des classes" est extraordinairement présente, je dis que le libéralisme (comme le marketing d'ailleurs) est un "gros mot" pour la majorité et je pense qu'il faudra être très fort à la fois sur le fond et la forme pour arriver à ce que ce discours passe, ne soit pas déformé et soit acceptable et accepté.

La seule façon de comprendre ce qui est acceptable est de se donner les moyens d'une analyse objective de l'opinion, cible par cible. Objective et sans complaisance. Je viens de faire l'objet d'une étude BVA, je peux, comme professionnelle, attester du fait que le questionnaire était honteusement orienté, et qu'on ne peut rien apprendre de l'état de l'opinion avec de telles études.

Je ne suis malheureusment pas disponible ce we pour le rv du 15ème arrondissement. MAis ce petit texte écrit à la volée (excusez donc la syntaxe) atteste de l'intérêt que je porte à cette initiative et de l'envie que j'aurais de contribuer à l'élaboration d'une vraie stratégie...

17 mai 2006 à 14:27:00  

Enregistrer un commentaire

<< Home