jeudi, septembre 28, 2006

Un enfant du 15e candidat à l'élection présidentielle !



Edouard Fillias, qui a grandi dans notre arrondissement, a décidé de faire le grand saut ou plutôt, comme il le dit plaisamment, de "faire le mur" de l'exception française.

Respirons... Nous pouvons enfin desserrer l'étau Ségo/Sarko qui prend en tenaille la démocratie française.

Les Français peuvent enfin compter sur un candidat libéral et nul doute que notre arrondissement - en proie aux luttes intestines d'élus conservateurs plus soucieux de dominer leurs appareils respectifs que d'assurer leurs mandats - connaîtra le sursaut dont il a besoin.

Voici la déclaration de candidature d'Edouard :

Madame, Monsieur, Chère amie, cher ami,

La France a peur. Elle a peur de l'Europe, peur des étrangers, peur de l'entreprise, peur de la mondialisation, peur d'elle-même et de son avenir. Il n'y a pas un homme politique dans ce pays qui n'ai fait des craintes des Français son fond de commerce. Tous promettent plus de sécurité, plus d'ordre, plus de prise en charge des problèmes. Alors qu'ils sont aux manettes depuis des lustres, ils se gargarisent de nous vendre aujourd'hui leur parler vrai, comme s'ils avaient décidés subitement d'arrêter la langue de bois. Surenchère d'une proximité de façade et de propos sécuritaires: le populisme sera la tendance lourde de la campagne présidentielle, de l'extrême gauche à l'extrême droite.

Depuis des décennies l'Etat se mêle de tout: de nos soins dentaires jusqu'au choix de l'école où iront nos enfants, il y a peu de domaine de la vie qui échappe à la bienveillante intervention de notre Etat nounou. Si les Français ont peur aujourd'hui, c'est pour de bonnes raisons : émeutes urbaines, taux de chômage persistant, déficits abyssaux, remboursements sociaux en berne, et surtout, incapacité avérée des gouvernements successifs à réformer ce pays où tout dégénère en grèves. Plus grave encore que nos difficultés économiques, notre société s'est engluée dans un ordre dirigiste, où tout ce qui se fait, tout ce qui se dit, doit être visé par une autorité légale. Notre santé, nos vies privées, notre droit à nous exprimer librement, sont soumis à l'omniprésente régulation publique. Au nom de notre bien-être, de notre bonheur, l'Etat et les hommes politiques ont mis la France sous cloche, anesthésiant notre capacité d'initiative el notre envie de différence.

J'ai vingt-sept ans et je m'engage en politique parce que cette situation est intenable. D'autant plus intenable, que je suis convaincu que tout est possible ici. Nous sommes une nouvelle génération. Nous sommes nés avec la liberté d'expression totale que permet Internet, avec la fin du passeport en Europe, avec la multiplication des chaînes de télévision et les radios libres. Nous sommes nés avec la fin de l'apartheid en Afrique du Sud et la chute du mur de Berlin. Pour nous, le monopole de France Telecom ou la réglementation du transport aérien sont des vestiges antiques. Notre génération connaît la liberté comme sa poche. Nous n'accepterons jamais d'un papier diplômant qu'il garantisse une carrière à vie, comme c'est encore souvent le cas en France. Pas plus que nous n'acceptons les discours lénifiants sur le rôle central de l'Etat dans la société, car nous savons que ce n'est pas son rôle. Nous constatons avec peine que la génération de nos parents a largement vécu au-dessus de ses moyens. Et c'est finalement à nos dépens que le système a échoué. C'est à nous qu'il revient aujourd'hui de reprendre la charge des dettes, de corriger la copie d'un système décrépi. Nous voulons changer cet Etat poussiéreux, en équilibre instable, qui a failli à ses missions. Nous voulons reprendre la main sur l'avenir.

Pour représenter cette aspiration au changement, pour défendre non pas une énième réforme de l'Etat, mais un basculement vers un autre modèle de société qui puisse répondre aux problèmes des Français, un modèle adapté à son temps, je suis candidat à l'élection présidentielle. Je suis candidat avec le soutien d'Alternative Libérale, notre jeune mouvement politique créé en mars 2006 et qui a réuni en quelques mois plusieurs milliers d'adhérents et de sympathisants. Avec cette campagne, nous voulons faire entendre une autre voie.
La voie d'une société vraiment fraternelle, vraiment libérale.

J'entre aujourd'hui en campagne pour pointer du doigt les situations absurdes, intenables, pour proposer des solutions que les hommes politiques héritiers du système ne mettront jamais en avant.
Pour s'en sortir, la France a besoin d'une troisième dimension à sa vie politique, au-delà de la suprématie du « tout collectif » prôné par la gauche et l'autoritarisme interventionniste défendu par la droite. Elle a besoin de ma candidature pour poser une autre question : « Ne sommes-nous pas capables de régler ces problèmes nous-mêmes, en citoyens responsables ? ». Un candidat pour défendre la capacité de chacun à s'autodéterminer, tout en s'assurant que les plus démunis, ceux qui sont brisés par les circonstances parfois dramatiques de la vie, sont protégés. Un candidat pour la liberté, mais aussi pour l'égalité des droits et des devoirs de chaque citoyen, égalité bafouée par notre système. Conçu pour la servir, il n'est finalement qu'au seul service de lui-même.

Deux problèmes vedettes monopolisent le devant de la scène depuis longtemps : le chômage et l'immigration. Toutes les politiques visant à gérer ces deux problèmes ont échoué. Les créations d'emplois assistés par l'Etat, les aides laxistes distribuées à fond perdus, les crédits débloqués pour nos industries, n'ont pas sauvé l'emploi en France. Pas plus que notre politique du logement et de l'éducation n'ont permis à des générations d'immigrés et d'enfants d'immigrés reclus dans la périphérie des grandes villes de trouver leur place.

Beaucoup se sont intégrés, mais trop nombreux sont ceux qui sont restés sur la touche, générant une société instable où ceux qui ont droit à tout côtoient les exclus perpétuels du système.
Les hommes politiques de droite et de gauche continuent à proposer les mêmes solutions aux mêmes problèmes. Ils ne comprennent pas que seul un changement radical de fonctionnement de notre démocratie est à même de les résoudre. C'est pourquoi je porterai ma campagne sur les thèmes essentiels que sont le changement de notre système social, le rétablissement de la justice pour tous et de l'égalité des droits, la construction d'une démocratie à la hauteur d'une société libre et la défense pied à pied des libertés individuelles. Je plaide pour la liberté et la responsabilité individuelle, parce que j'ai la conviction que les Français ont beaucoup des réponses à leurs problèmes en eux-mêmes. Je vais me battre pour un autre modèle de société, fondée non plus sur la contrainte imposée d'en haut, mais sur la liberté de choix. Sur la confiance que nous nous portons tous mutuellement, car nous sommes tous responsables et capables d'assumer nos choix. A la société de la peur et ses traditionnelles réponses politiques dirigistes, je veux défendre une société de confiance et de choix.

En 2007, en tant que candidat à l'élection présidentielle, je serai le premier représentant des cent cinquante candidats d'Alternative Libérale aux élections législatives. Partout en France, nous allons nous battre, ensemble, pour le changement, le vrai, pas la réforme chloroformée que l'on s'apprête à nous servir avec emphase. Galvaudé, humilié, le mot réforme ne convient d'ailleurs plus à notre projet. Dans son esprit, il désigne surtout la conservation du système passé par quelques ajustements marginaux.
Nous voulons une autre société. Une société du libre choix, qui puisse faire la démonstration à chaque Français qu'il n'y a rien à perdre à essayer la liberté. Je suis dès aujourd'hui à votre disposition pour vous en dire plus sur nos propositions et notre campagne.

Librement,
Edouard Fillias
Président d'Alternative Libérale Candidat à l'élection présidentielle

2 Comments:

Anonymous Hugo TAUPIN said...

Bonjour,
Ayant visité votre site, je crois qu'il fait avancer le débat sur les présidentielles qui se préparent pour 2007.

Je gère actuellement un site, justement sur les présidentielles, à l'adresse : http://presidentielle.2007.free.fr/ .
J'aimerais faire figurer un liens vers votre site sur le mien. En contrepartie, je vous propose d'en mettre un sur le votre également.

Si cette proposition vous interesse, je vous remercie de m'écrire à l'adresse presidentielle.2007@free.fr .

Dans l'attente d'une réponse de votre part,

cordialement,

Hugo TAUPIN

3 oct. 2006 à 00:11:00  
Anonymous Hugo TAUPIN said...

Bonjour,
Ayant visité votre site, je crois qu'il fait avancer le débat sur les présidentielles qui se préparent pour 2007.

Je gère actuellement un site, justement sur les présidentielles, à l'adresse : http://presidentielle.2007.free.fr/ .
J'aimerais faire figurer un liens vers votre site sur le mien. En contrepartie, je vous propose d'en mettre un sur le votre également.

Si cette proposition vous interesse, je vous remercie de m'écrire à l'adresse presidentielle.2007@free.fr .

Dans l'attente d'une réponse de votre part,

cordialement,

Hugo TAUPIN

3 oct. 2006 à 00:14:00  

Enregistrer un commentaire

<< Home