dimanche, novembre 19, 2006

Insécurité dans le 15e : faut-il croire MM. Goujon et Sarkozy ?


Photo prise rue de l’Amiral Roussin, où la copropriété d’un immeuble a dû ériger
en urgence des grillage afin d’empêcher l’accès au hall d’entrée et passage privatif aux trafiquants de drogues

Après les deux fusillades qui ont eu lieu rue Georges Bernard Shaw et rue Saint-Charles, M. Philippe Goujon, premier adjoint au maire du 15e et candidat UMP dans la 12e circonscription a tenté de rassurer les habitants des quartiers Dupleix et Boucicaut.

D'après lui ces incidents graves ne sont pas révélateurs d'une montée de l'insécurité dans l'arrondissement. Ils dissimuleraient une tendance à la baisse. Seules quelques "poches de résistance" demeureraient et M. Goujon ne doute pas que son ami, M. Sarkozy, ne tardera pas à les réduire.

Or, de même que les 10 lois sur la prévention de la délinquance promulguées par M. Sarkozy depuis 2004 se sont accompagnées d'une hausse de la criminalité, les allégations de M. Goujon sont démenties par les faits.

Les chiffres officiels peuvent être consultés sur le site de la Préfecture de Police concernant la délinquance dans les arrondissements de Paris en 2004 et 2005.

Le XVème arrondissement est le 3ème arrondissement pour le plus grand nombre d’atteintes aux personnes, qui progresse de + 17,2 % et passe de 1208 à 1416 .

Encore plus grave, à l’intérieur de cette rubrique le nombre d’incidents avec coups et blessures envers des personnes (violences gratuites) est le plus élevé de Paris, juste après le XIXème avec un total de 875 incidents en progression de 23,6%.

Par ailleurs confirmant le haut niveau de violence rencontré dans le XVème les incidents liés à des destructions et dégradations s’élèvent à 2927, juste après les chiffres du XIXème.

Enfin, la comparaison du nombre d’ implantations de la Police Nationale dans le XVème et leur localisation géographique, montre que le XVème arrondissement le plus peuplé et le plus étendu, ne dispose pas des moyens de sécurité suffisants. Par exemple, le XVème arrondissement à moins de commissariats et d’unités de police de quartier (U.P.Q.) que le XVIème, alors que sa population est 30 % plus importante. La carte des implantations montre une absence d’implantation dans toute la partie sud.





1 Comments:

Anonymous Daniel Tourre said...

Il faudrait aussi voir la façon dont sont collectées les plaintes.

Ayant recemment eu mon portefeuille volé (pickpocket), je me suis presenté au commissariat ou aprés m'avoir ecouté, un petit jeune m'a demandé si vraiment, je voulais porter plainte avec un regard de petit oisillon suppliant pour sa vie.. Beaucoup de délits passent à la trappe car trop insignifiants.

9 déc. 2006 à 14:28:00  

Enregistrer un commentaire

<< Home